WELLINGTON – le 26 novembre 2020 – Stéphane Blanchard a été bien impressionné par la performance des jeunes ouvriers et ouvrières de la Coopérative service jeunesse « Les Bons travaillants » l’été dernier alors que la province était en pleine pandémie. « Ils portaient bien leur nom de bons travaillants ! » a signalé l’agent de développement jeunesse de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, l’organisme qui supervise la coop.

M. Blanchard a indiqué que les six jeunes de cet été ont généré autant de revenus (5 028 $) que les huit jeunes de l’été d’avant (5 079 $). « Cette année, ils ont obtenu moins de contrats de petits travaux variés, surtout en raison de la COVID-19, mais ils ont conclu des partenariats avec des organismes comme Jeunesse acadienne et francophone de l’ÎPÉ, le Collège de l’Île, la Commission scolaire de langue française et le Conseil scolaire-communautaire Évangéline, qui leur ont été bien bénéfiques au niveau financier. »

Au niveau des tâches générales, ils ont fait du peinturage, du nettoyage, du jardinage et la construction d’une table de pique-nique. Par l’entremise des partenariats, ils ont construit une serre et ont peint des passages piétonniers aux couleurs de l’arc-en-ciel devant six écoles francophones et deux campus collégiaux.

Ils ont également construit 16 bancs de parc; ils en ont vendu 10 et en ont donné un comme prix promotionnel en début de saison. Il leur en reste donc cinq ainsi que du matériel pour en bâtir au moins quatre autres.

« De plus, » note l’agent jeunesse, « en début de saison, en raison de la pandémie, les jeunes s’étaient fixé un objectif de gagner environ 100 $ chacun. En fin de saison, ils ont constaté qu’ils avaient empoché des salaires totaux de 2 290 $, soit entre en peu plus de 200 $ et un peu moins de 600 $ par coopérant, dépendant du volume de travail fait. Ils sont donc très satisfaits de leur été car ils ont gagné de deux à six fois plus d’argent qu’attendu. »

M.  Blanchard indique que les coopérants ont appris plusieurs nouvelles compétences, incluant en construction et autres genres de travail manuel. Et bien sûr, ils ont appris les concepts de base du fonctionnement d’une coopérative et d’un conseil d’administration. De fait, les jeunes ont eux-mêmes dirigé leurs propres affaires et ont pris toutes les décisions nécessaires.

L’agent trouve que les jeunes ont développé un sens de fierté de pouvoir faire leurs travaux – surtout en ce qui concerne les passages piétonniers, qu’ils voient à chaque jour devant leur école et qui sont vus et remarqués par des centaines de personnes par jour dans diverses régions de la province. L’agent de développement a perçu que les jeunes étaient également fiers d’avoir pu participer à ce geste d’inclusion de la communauté 2LGBTQ+.

À noter qu’on peut voir les jeunes au travail dans une vidéo professionnelle produite cet été :

https://youtu.be/HJgnNvyi094.


PHOTO 1 : Trois des membres de la CSJ – de la gauche, Marianne Gagnon, Lucy Francis et Annie-Pier Morency – ont travaillé à la construction d’une serre, sous la supervision de Stéphane Blanchard, l’été dernier.

PHOTO 2 : Les membres-ouvriers de la Coopérative service jeunesse « Les Bons travaillants » alors qu’ils coupaient un ruban pour lancer officiellement leur saison de travail en juillet dernier : de la gauche, la vice-présidente Lucy Francis, la co-secrétaire Keera Arsenault, la présidente Annie-Pier Morency, la co-secrétaire Danika Richard et les co-trésoriers Marianne Gagnon et Ramsay Gallant.

Source et Photos :
Raymond J. Arsenault
Agent de communication,
RDÉE Île-du-Prince-Édouard inc.
Coordonnateur d’activités, CCAFLIPE